Bio-bibliographie E

E

EGRON Georges (R.P. Daniel, s.s.c.c.)

EGRON, Georges (le Père Daniel). (1912-1996). - Religieux picpucien. Né le 2 mai 1912 à Givrand (Vendée). Profès en 1929. Ordonné prêtre en 1935. Arrive à Tahiti le 11 novembre 1936. Missionnaire à Mooréa depuis cette  date. Outre le soin  spirituel de l'île,  s'est intéressé, en  relation avec l'administration, à une œuvre de redressement des  délinquants. Donne des conférences religieuses à la radio de Tahiti. Est nommé, en août 1958 à Mangareva. Poste qu'il occupe depuis lors. Voit et participe aux heureuses transformations apportées aux Gambier par le C.E.P. et en particulier à l'installation d'un aérodrome à Totegegie qui désenclave l'archipel. Pousse ses ouailles à cultiver des légumes pour les bases militaires, en leur donnant l'exemple du travail. Obtient la remise en état du tombeau de Mapouteoa* et la restauration de la « cathédrale » du Père Laval*, son illustre prédécesseur. Décède le 12 mai 1996 à Sarzeau.

Bibliographie. –

EHL Joseph (R.P. François régis, s.s.c.c.)

EHL, Joseph (le Père François Régis). (1922-2012). - Religieux picpucien. Fils de Pierre EHL et de Rose NICOLAS. Né le 21 mai 1922 à Morsbach (Moselle) Fait ses études à Sancy : 6ème et 5ème à partir de septembre 1936 ; à Sarzeau : de la 4ème à la 1ère à partir de septembre 1938. Novice en septembre 1942 à Montgeron. Profès temporaire le 7 septembre 1943 à Montgeron. Profès perpétuel le 23 avril 1947 à Chateaudun. Prêtre le 18 juillet 1948 à Châteaudun, par Mgr Harscouet, évêque de Chartres. Envoyé en mission de Tahiti le 15 septembre 1948. Arrivé le 25 octobre. 1er poste à Tahiti : paroisses de Faaa, Punauia, Paea. 2ème poste en 1953 : secteur de Fakarava et Anaa et 6 autres petites îles : Faaité, Niau, Kaukura, Aratika, Kauehi, Raraka, ou il met cinq chapelle en chantier. Celle de Kauehi est inaugurée en 1959. 3ème poste : Hao, Moruroa et Fangataufa, îles des expériences nucléaires. 4ème poste : différentes paroisses dans l'île de Tahiti : Paparaa, Mataiea, Papeari. Il a construit 2 églises et une chapelle et plusieurs autres bâtiments. Rentre en France le 16 mai 1996et est nommé à la communauté de Sarzeau en juillet 1996. Il rrejoint Poitiers, le lundi 21 juin 2010. Après yune brève hospitalisation, il décède à Grand’maison (Poitiers) le 3 avril 2012.

Bibliographie. –

EICH Joseph (R.P. Georges, s.s.c.c.)

EICH, Joseph (Père Georges). (1845-1905). - Religieux picpucien. Né le 17 mai 1845 à Kaerlich (Allemagne). Profès dans la congrégation le 21 novembre 1864. Après des études ecclésiastiques à Louvain, reçoit son obédience pour Tahiti. Arrive à Papeete sur le Hermann, le 22 mars 1868. Ordonné prêtre à Papeete par Mgr T. Jaussen* le 5 août 1869. Durant sa longue carrière apostolique il dessert ou visite presque tous les postes du vicariat de Tahiti, évangélisant tour à tour Tahiti, Anaa, Mooréa. Il a parcouru plusieurs fois l'archipel des Tuamotu, a été porter le secours de son ministère aux indigènes de l'île de Pâques en 1898, a fait des voyages aux îles Sous-Ie-Vent et aux îles Cook, contribuant puissamment à l'établissement de la mission dans ce dernier groupe. Sûr théologien, parlant couramment le français, l'allemand, l'anglais et le tahitien, esprit observateur et judicieux, d'un grand dévouement, il a exercé une grande et heureuse influence autour de lui. Il avait été en 1894 provincial, et Mgr Verdier* l'avait choisi comme coadjuteur. Rome l'avait même déjà nommé évêque in partibus de Sétif, mais se prévalant du mauvais état de sa santé il n'avait pas cru pouvoir accepter cette charge. Il mourut à Papeete, le 6 mars 1905, peu de jours après avoir renoncé à la dignité épiscopale. Il fut enterré dans le caveau où repose Mgr Tépano Jaussen de qui il avait reçu l'onction du sacerdoce.

Bibliographie. –On trouvera des lettres de lui dans les Annales [de la Congrégation] des Sacrés Cœurs, 1874, 1880, 1894, 1896-1899, 1904, 1905 ; dans les Annales de la Propagation de la Foi, 1898 ; dans les Missions Catholiques, 1894, 1903. – Il participera avec Mgr Verdier, à la rédaction du grand catéchisme tahitien : Haapiiraa Katorika, paru en 9107. – Notice nécrologique le concernant dans les Annales des Sacrés Cœurs, juin 1905, p.199-203, portrait. Voir aussi S. Meyer : Die Mission auf den Cookinseln und ihr Begründer P. Georg Eich (Apostel der H. H. Herzen, Aachen, t.28, 1922, p.88 et suivantes ;

ELVINA Lina (Sr Lina, o.s.c.)

ELVINA, Lina (Sœur Lina). (1946). – Religieuse de l’Ordre de Saint Claire. Originaire des Philippines. Prononce ses vœux en 1980. Elle arrive, en provenance de Nice (France) à Tahiti en 1990, accompagnée de deux autres sœurs philippinos – Sr Trinidada Gimenez* et Sr Christine Ruyz*. Elle quitte Tahiti pour son monastère de Nice (France) en 1994.

Bibliographie. –

ERDEVEN Joseph Marie (R.P. François d’Assise, s.s.c.c.)

ERDEVEN, Joseph Marie (Père François d'Assise). (1881-1928). - Religieux picpucien. Né le 26 décembre 1881 à Auray (Morbihan). Profès dans la congrégation le 24 juin 1902, y est ordonné prêtre le 22 septembre 1906. Reçoit son obédience pour Tahiti et arrive à Papeete le 6 décembre de la même année. Attaché à la mission des îles Cook. Au cours de la Première Guerre mondiale doit venir à Tahiti. De là est envoyé aux îles Gambier. Membre élu du chapitre général, il va en France en 1923. À son retour est affecté à nouveau aux îles Gambier où il meurt, à Rikitéa, le 4 septembre 1928.

Bibliographie. – Une note sur ses derniers moments dans les Annales des Sacrés Cœurs, 1929, p.29-30 ;

ESCOLAN Jean Marie (Fr Théodule, s.s.c.c.)

ESCOLAN, Jean Marie (Frère Théodule). (1818-1904). – Frère convers picpucien. Né le 24 novembre 1818 à Cardroc (Ille et Vilaine). Fils de Toutsaint Escollan et Thérèse Delahaye. Arrive à Tahiti en 1865. Envoyé en renfort à l’île de Pâques avce le Père Gaspard Zumbohm, ou il arrive le 7 novembre 1866 à bord du Tampico. Il quitte Rapa Nui avec les Pascuan le 5 avril 1871, en but à l’agressivité de Dutrou-Bornier. Décède le 22 août 1904 à Papeete (Tahiti).

Bibliographie. –

ESCOFFIER Jean (R.P. Alphonse Marie, s.s.c.c.)

Voir EXCOFFIER Jean (R.P. Alphonse Marie)

ESPINASSE Andrée (Sr Roger, s.j.c.)

ESPINASSE, Andrée (Sœur Roger). (1912- ?). - Religieuse des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny. Née à Rignac (Aveyron) le 10 novembre 1912. Professe dans la congrégation le ler septembre 1939. Arrive à Tahiti le 29 mai 1940. Y est encore après plus de trente ans, avec seulement une absence de 4 ans. D'abord chargée des classes élémentaires elle est directrice de 1950 à 1967 et de nouveau, à partir de 1971. À son arrivée l'école Anne Marie Javouhey compte 500 élèves et l'enseignement y est pratiquement gratuit. Les deux maisons qu'elle dirige aujourd'hui, avec l'enseignement primaire, les cours ménagers et l'enseignement commercial, comptent, grâce à une subvention de l'Assemblée Territoriale, plus de 2 000 élèves. La Sœur Roger, qui a fondé en 1958 une « bibliothèque pour tous » dont elle a elle-même choisi les livres, est dans le monde scolaire une des personnalités les plus sympathiques de Papeete grâce à son autorité et à un dévouement sans faille à la jeunesse féminine de Tahiti. Décède à Tahiti en ?

Bibliographie. –

ESQUENET Joseph (R.P. Édouard, s.s.c.c.)

ESQUENET, Joseph (Père Édouard). (1911-2000). - Religieux picpucien. Né à Charleville (Ardennes) le·6 août 1911. Profès dans la congrégation en 1929. Ordonné prêtre en 1934. Arrive, comme missionnaire, aux îles Marquises en 1935. Après quelque temps passé à Atuana, il reçoit en charge l'île d'Ua Pu en 1939. Il y était encore vingt ans plus tard. Homme de forte autorité, bon musicien, expert linguiste, le Père Edouard jouit d'une grande autorité parmi ses paroissiens. Il maintient d'une main ferme la discipline dans son île et veille de très près à sa bonne tenue morale. Ses efforts ont certainement contribué à faciliter la remontée démographique d'Ua Pu. Après Vatican II, dans la ligne du Concile, reçoit la mission de traduire en langue vernaculaire les textes liturgiques de l'Église, tâche qu'il accomplit avec une parfaite maîtrise du marquisien classique. Actuellement en poste à Atiheu, Nuku Hiva. Décède le 23 février 2000 à Vannes (France).

Bibliographie. –

ESTALL Georges (Fr Georges, f.i.c.)

ESTALL, Georges (Frère Georges) (1939). - Religieux des Frères de l'Instruction Chrétienne de Ploërmel. Né en 1939 . Entre au noviciat en1964. Quitte la congrégation en 1964.

Bibliographie. –

ÉTILAGÉ Jeanne (Sr Jeanne, s.m.s.m.)

ÉTILAGÉ, Jeanne (Sœur Jeanne). (1935). – Religieuse de la Congrégation des Sœurs Missionaires de la Société de Marie. Fille d’Athanase Étilagé, chef de prière à Faaa et Ahuura Maihuti. Elle est née le 6 janvier 1935 à Makatea où son père est employé aux Phosphates. Quitte Tahiti pour la Nouvelle Calédonie le 17 juillet 1957 à bord du « Tahitien ». D’abord nommé avec les sœurs S.M.S.M. à thabor en attendant le noviciat au Mont-Mou en 1961. Prononce ses vœux temporaires le 25 mars 1963. Nommé pour 4 ans à la Foa. En juillet 1967, va en France pour son scolasticat. Prononce ses vœux définitifs le 9 mars 1969. Revient en Nouvelle-Calédonie en août 1970. Elle sera nommée successivement à Koné (1970-1973), Thio (1973-1988), Koné (1988-1995). À sa retraite d’enseignante elle va à Koumac ou elle assure la catéchèse.

Bibliographie. – Semeur tahitien n°3 du 9 février 2014, p.6 ;

ÉTILAGÉ Reine (Sr Reine, f.j.s.)

ÉTILAGÉ, Reine (Sœur Reine). (1939). – Religieuse de la Congrégation des Filles de Jésus Sauveur. Fille d’Athanase Étilagé, chef de prière à Faaa. Elle est née le 24 avril 1939 à Makatea où son père est employé aux Phosphates. Élève chez les Sœurs de N.-D. des Anges à Faaa. Première postulante de la Congrégation de Sœurs tahitiennes dont rêve Mgr Mazé*. Fait ses premiers vœux de religion à Taravao le 2 janvier 1966. Quitte la congrégation en ?

Bibliographie. –

EXCOFFIER Jean (R.P. Alphonse Marie, s.s.c.c.)

EXCOFFIER, Jean (Père Alphonse Marie). 1812. - Religieux picpucien. Né le 3 décembre 1812 à Bastide (Vaucluse). Profès dans la congrégation, en 1840. Part aux îles Marquises en 1843. Nommé dans l'île d'Ua Pou, semble avoir voulu s'y mêler de trop près, vis-à-vis des indigènes, aux affaires temporelles et avoir pris un goût abusif aux plaisirs d'un monde auquel il avait renoncé. Connaît des difficultés à ce sujet avec ses supérieurs et avec l'administration. Expulsé des Marquises sur l'ordre du Commandant particulier, il est conduit à Papeete où on l'embarque manu militari sur l'Ariane, rentrant en France, en juillet 1848. Arrive à Brest fin novembre. Paraît avoir alors quitté la congrégation de Picpus, et ne figure pas sur ses ménologes. On trouve aussi son nom orthographié Escoffier.

Bibliographie. – Voir, sur son retour en France : Halligon, Six mois à travers l'Océanie, Brest, 1889, p.285-295.

EYRAUD Joseph (Fr Eugène, s.s.c.c.)

EYRAUD, Eugène Casimir (Frère Joseph). 1820-1868. - Missionnaire. Frère convers picpucien. Né le 5 février 1820 à Saint-Bonnet-en-Champsaur (Hautes-Alpes). Fils de Charles Eyraud et Magdeleine Gauthier. Profès le 6 mai 1865. Arrive en mission en 1863 et dès 1864, à l'île de Pâques, où il meurt le 19 août 1868. Ce Frère jouera un rôle important dans l'évangélisation de l'île.

Bibliographie. – Voir sur lui une notice biographique dans les Annales de la Congrégation des Sacrés Cœurs, 1880, p.804-816. – Pour plus de détail : Streit, Bibliotheca missionum, t.21, p.196.

Ajouter un commentaire

Anti-spam