Archidiocèse

La paroisse participe à la vie de l'Archidiocèse ainsi qu'à la vie de l'Église universelle de plusieurs façon.

La vie l'Archidiocèse :

- Le 1/3 des quêtes ordinaire est reversée chaque trimestre à l'archevêché ;

- Les quêtes impérées sont intégralement reversées à l'archevêché. Elles ont une destination précises :

- Mercredi des cendres : pour la vie des séminaires (Foyer Ste Thérèse et St Jean XXIII et le Grand-séminaire) ;

- Pâques : pour la vie de l'Archidiocèse ;

- Pentecôte : pour les communications sociales (journaux, radio…) ;

- Les collectes particulières :

- Denier du culte : pour le fonctionnement de l'Église locale ;

- Campagne de Carême : projet de solidarité définie chaque année par un comité diocésain ; 

La vie de l'Église universelle :

- Les quêtes impérées sont intégralement reversées à Rome, via l'Archidiocèse. Elles ont une destination précises :

- Quête de l'Épiphanie : pour la sainte Enfance ;

- Vendredi Saint : pour les lieux saints de Jérusalem ;

- Saint Pierre et saint Paul : pour l'œuvre de Saint Pierre ;

- Dimanche des Missions : pour la propagation de la Foi ;

- Les collectes particulières :

- Journée mondiale des Lépreux : organisée par l'Ordre de Malte en Polynésie ;

- Les collectes extraordinaires :

- Pour des actions ponctuelles définie par l'actualité internationale :

- Caritas : séisme, cyclone, tsunami… ;

- Œuvre d'Orient : chrétiens persécutés… ;

Catégories

Denier du culte 1

INSTITUTION DU DENIER DU CULTE

dans l'archidiocèse de Papeete

en 2001

 

Présentation

Depuis une dizaine d'années, le budget de fonctionnement de l'évêché est régulièrement en déficit chaque année comme on peut le constater sur le tableau ci-dessous :

Année                

Produits  

Charges  

Déficit   

1997

46,7

84,6

-37,9

1998

47,5

89,5

-42

1999

60,9

71,4

-10,5

2000

63,7

75,4

-11,7

2001(prévisions)

49,8

79,1

-29,3

 

     
 

 

Les deux principales dépenses sont les frais afférents au clergé (c'est à dire les subsides versées aux congrégations missionnaires et les charges sociales) et le salaire versé au personnel laïc.

La principale recette  est constituée par le tiers des quêtes. Cette ressource s'est élevée à 23,5 (1997) ; 22 (1998) ; 25,9 (1999) ; 23,5 (2000).

Le déficit a été comblé par des ventes de terre, mais le temps arrive où il n'y aura plus rien à vendre. En 1997 et 1998, le CAMICA avait dû emprunter aux paroisses et devait donc payer des intérêts aux paroisses. Ensuite, par des ventes de terrain, les emprunts ont été remboursés et les avoirs ont été placé, ce qui explique la diminution du déficit. Mais les produits financiers n'ont pas suffi a faire évoluer le rapport produits-charges jusqu'à un solde positif.

Le CAMICA doit aussi faire face aux sollicitations des paroisses qui veulent lui emprunter pour des constuctions. Parmi les emprunteurs certains, comme la paroisse de Toahotu, sont trop pauvres pour pouvoir tout rembourser, pour certaines églises comme celle de Taega ou celle de Mataiva, il n'est même pas question de compter sur une participation des fidèles à la construction. Ils se réduisent à quelques unités.

Aussi, l'heure est sans doute venue d'introduire le denier du culte à l'exemple du diocèse de Taiohae. On peut espérer que des non pratiquants et des pratiquants irréguliers (de plus en plus nombreux) tiendront à apporter leur participation au denier du culte alors que seuls les pratiquants apportent leur contribution aux quêtes. Sur le principe, le conseil d'administration du CAMICA et les consulteurs ont déjà donné un avis favorable.

Quêtes impérées 3

QUÊTES IMPÉRÉES

Définition et but

Du latin “quaerere”, chercher, la quête est la collecte faite durant une célébration religieuse. À l’origine, les fidèles fournissaient le pain et le vin de la célébration eucharistique, apportés en procession à l’autel et offerts à Dieu par le célébrant avant d’être consacrés. Lorsque, pour des raisons de commodité, la quête remplaça au IXème siècle ces offrandes en nature, on la plaça au même moment de la messe comme signe de la participation des fidèles à l’offrande du pain et du vin, et d’offrande de leur propre personne. Le défilé de l’offrande, encore en usage en diverses régions en certaines occasions est une forme de survivance de la pratique ancienne. Collecte d’argent, la quête relève au demeurant d’une pratique de solidarité en vigueur dans les premières communautés chrétiennes (Ac 11, 27-30).

Une quête impérée est une quête annuelle que l’Église demande d’organiser dans tout le diocèse pour subvenir aux  besoins diocésains, nationaux ou internationaux. Cette quête a un caractère impératif et ne doit pas être négligée et reléguée au rang de facultatif. C’est pourquoi, ce jour-là aucune autre quête n’est prévue. Les chrétiens sont exhortés bien avant.

C’est un geste de solidarité ecclésiale qu’on ne peut occulter sous aucun prétexte. Y participer, constitue en effet une démarche de partage et de solidarité avec ceux qui en seront les bénéficiaires.

 

Quelques consignes

1.  Les quêtes impérées doivent être organisées aux dates recommandées. Cependant, pour des raisons pastorales, un diocèse ou une institution ou une communauté religieuse peut reporter à une date ultérieure proche, sa participation à la collecte universelle ou diocésaine.

2. Il est important que chaque quête impérée soit soigneusement préparée par un argumentaire clair mettant en avant la solidarité universelle dans l’Église, les bénéficiaires et la nécessité. Au besoin, le curé préparera les cœurs des fidèles.

3. Une fois la quête faite, il importe de prier et pour les bénéficiaires et pour les donateurs. L’offrande doit être entièrement versée à l'archevêché qui les répartira selon les orientations de l’Archevêque du lieu à qui de droit.

4. Il importe d’user de diverses voies pour améliorer sur nos paroisses, les montants des quêtes impérées.

5. Il est essentiel que les fidèles soient mis rapidement au courant du montant de la quête effectuée dans la paroisse… et au niveau diocésain.

 

Différentes quêtes impérées dans l'Archidiocèse de Papeete

Date de la quête But de la quête Destination
Épiphanie du Seigneur La Sainte Enfance Rome
Mercredi des Cendres Formation de prêtres Archidiocèse
Vendredi Saint Lieux Saints de Jérusalem Rome
Pâques (jour et nuit) Vie de l'Archidiocèse Archidiocèse
Pentecôte Communication socaile diocésaine Archidiocèse
Saints Pierre et Paul Œuvre de Saint Pierre Apôtre Rome
Dimanche des Missions Propagation de la Foi Rome

Quêtes extraordinaires 1

QUÊTES EXTRAORDINAIRES

Durant l'année, en dehors des quêtes dominicales et des Campagnes du Denier de Dieu et de Carême, seules deux quêtes extraordinaires sont organisées.

    • Quête des Lépreux organisée par l'Ordre de Malte ;
    • Quête de la Journée pour la Vie organisée par l'Association Familiale Catholique ;

Carême 5

AUMÔNE DE CARÊME

L'aumône est un don fait à plus nécessiteux que soi. Dans l'Ancien Testament, l'acte de donner y est régi par des lois (la dîme annuelle pour les pauvres ; le glanage droit pour les indigents ) Le Nouveau Testament donnera une dimension nouvelle : c'est l'amour des autres et non pas l'obéissance à la loi qui doit la motiver. L'aumône de Carême consiste a participer à un projet communautaire d'aide aux plus pauvres.

Chaque année, Caritas-Polynésie, organise au nom de l'Archidiocèse la Campagne de Carême. Elle définit un objectif diocésain et universelle et met à dispostion des paroisses des affiches et un document présentant la Campagne.

« La pratique de l’aumône nous ramène à la primauté de Dieu »

"Par la pratique traditionnelle du jeûne, de l’aumône et de la prière, signes de notre volonté de conversion, le Carême nous apprend à vivre de façon toujours plus radicale l’amour du Christ. Le jeûne, qui peut avoir des motivations diverses, a pour le chrétien une signification profondément religieuse : en appauvrissant notre table, nous apprenons à vaincre notre égoïsme pour vivre la logique du don et de l’amour ; en acceptant la privation de quelque chose – qui ne soit pas seulement du superflu –, nous apprenons à détourner notre regard de notre « moi » pour découvrir Quelqu’un à côté de nous et reconnaître Dieu sur le visage de tant de nos frères. Pour le chrétien, la pratique du jeûne n’a rien d’intimiste, mais ouvre tellement à Dieu et à la détresse des hommes ; elle fait en sorte que l’amour pour Dieu devienne aussi amour pour le prochain (cf. Mc 12,31). Sur notre chemin, nous nous heurtons également à la tentation de la possession, de l’amour de l’argent, qui s’oppose à la primauté de Dieu dans notre vie. Comment pourrions-nous donc comprendre la bonté paternelle de Dieu si notre cœur est plein de lui-même et de nos projets qui donnent l’illusion de pouvoir assurer notre avenir ? La tentation consiste à penser comme le riche de la parabole : « Mon âme, tu as quantité de biens en réserve pour de nombreuses années... ». Nous savons ce que répond le Seigneur : « Insensé, cette nuit même, on va te redemander ton âme... » (Lc 19,19-20). La pratique de l’aumône nous ramène à la primauté de Dieu et à l’attention envers l’autre, elle nous fait découvrir à nouveau la bonté du Père et recevoir sa miséricorde".

Extrait d’un message de Benoît XVI